L’éolienne Brunel !

BrunelProchainement quelques news complémentaires concernant la Maire 20% (2 électeurs sur 10) de Bussy avec au choix le rappel de sa fréquentation avec un imam intégriste, une histoire de promoteur immobilier, la contestation tout azimut de son investiture « provisoire » (ce qu’elle oublie soigneusement de dire) pour les prochaines législatives, sa mise à l’index de la part de la quasi totalité des Maires de la circonscription, l’étrange délai mis pour juger l’appel de son mari contre sa condamnation pour vol (pardon, pour abus de bien social, comme on dit chez ces gens la !) et bien d’autres choses dont nous gardons encore le secret afin d’éviter toutes manœuvres de l’intéressée pour les faire disparaître derrière un écran de fumée ! Les 9 prochains mois promettent leurs lots de surprises !

En attendant, la capture d’écran d’un post « Facebook » – Nota : nous avons contacté l’auteur qui nous a donné son autorisation pour le publier

la girouette brunel

Coup d’État …. monté de toutes pièces ?

Erdogan StalineQuitte à me faire traiter d’idiot, je ne peux m’empêcher de penser que la tentative de coup d’État en Turquie est une mise en scène délibérée du Staline de Cappadoce Erdogan ! En effet comment imaginer que quelques milliers de soldats, sur une armée en comptant plus de 500.000, puissent croire à la réussite d’un  renversement de régime, surtout en faisant, avant tout, des victimes civiles ? Comment ne pas remarquer la discordance entre les revendications des soi-disant mutins (« rétablir les droits de l’homme en Turquie ») et l’affirmation de leur appartenance à une mystérieuse « alliance islamiste » ? Comment ne pas trouver étrange ces médias dévoués au pouvoir lisant, parait-il, sous la contrainte, le communiqué des insurgés et les mêmes qui, quelques minutes après, font passer à l’antenne l’appel à la résistance, via un téléphone portable (il fallait quand même oser y penser !), du dictateur Erdogan opportunément parti à l’étranger durant les évènements ? Comment ne pas être confondu par « l’efficacité » des services turcs de renseignements qui, en moins de 24h, ont réussit à cibler des centaines de magistrats déclarés complices des « putschistes ? Comment ne pas voir dans cette mise en scène le désir d’Edorgan de purger sa propre armée pour y mettre ses propres séides bien obéissants ? Combien faudra-t-il d’exemples de ce genre avant que l’Europe ne se rende compte qu’elle a, à ses portes, un fou du pouvoir qui emploie les mêmes méthodes qu’un de ses prédécesseurs en Allemagne, 75 ans plus tôt (et dont d’ailleurs il a fait le panégyrique !) ? Quelle crédibilité accorder  à cet homme (et à sa clique) qui accuse  ses expatriés d’avoir du sang « impur » ? Ou que les femmes ne sont bonnes qu’à procréer ! Comment continuer à tolérer plus encore le rôle à la Chamberlain d’Angela Merkel avec ce dictateur, et qui ne fait qu’affaiblir la voix de l’Europe ? Comment peut-on encore croire à la sincérité d’un dirigeant qui nie le génocide arménien et qui a rompu la trêve avec les kurdes pour pouvoir mieux les éliminer ? Quand se rendra t-on compte enfin que le régime turc n’est qu’une dictature mille fois plus dangereuse que celles qu’ont connues, en leur temps la Grèce ou le Chili, car elle menace la liberté du continent européen en son entier ?

Bussy et ses Pieds Nickelés !

mairie pieds nickelésA la lecture des résultats du premier tour des Régionales 2015 sur Bussy Saint Georges, on mesure, une fois encore, l’inutilité et la vacuité du couple Brunel/Dubosc. Passons sur le second qui, invariablement, ne fait que remplir un minimum syndical dans l’attente que lui tombe dans la main le poste suprême municipal. Brunel lui ayant assuré qu’elle ne ferait qu’un mandat, Iznogoud piaffe d’impatience ! Ce grand voyageur dans la nébuleuse des partis politique de droite, aujourd’hui UDI de circonstance, n’a jamais entendu autrement la politique que comme un fromage rémunérateur. Ne lui parler surtout pas d’intérêt général, voire même de souci local ou d’actions de terrain, ce sont là des termes ne figurant pas dans son logiciel personnel. Celui-ci n’a été formaté qu’avec les mots ambition, opportunisme et « après moi le déluge » ! Pas étonnant que durant cette campagne, on ne l’ait qu’entraperçu sur son trajet domicile/sinécure.
Même approche chez sa « patronne » avec, en plus, cette volonté de gérer localement ( par là s’entend la circonscription) la vie de son parti. Or là, rien ne va plus, n’importe qui pouvant mesurer son amateurisme, quand elle-même n’a rien à y gagner !
Non seulement son action personnelle pour la liste Pécresse durant cette campagne régionale a été nulle, mais, en plus, celle que l’on surnomme maintenant « 2/10é » (NdR deux électeurs sur 10, son score aux dernières municipales par rapport aux inscrits) s’acharne à faire toujours plus fort dans la représentativité de son « camp ». Déjà lors des élections départementales, on avait pu constater, à travers son choix du binôme devant représenter le Canton de Bussy/Torcy, combien elle faisait peu de cas des personnalités (?) choisies. Un « couple » inodore, incolore et sans saveur, élu, par chance, sur le fil du rasoir et qui, depuis, est considéré par ses propres collègues de l’Assemblée départementale comme d’aimables « j’men foutistes ». Il faut dire qu’ils ne brillent ni par leur présence, ni par leur entregent. La palme revenant sans conteste à la femme qui ne consacre qu’une petite partie de ses week-ends et les rares jours d’Assemblée plénière, à son mandat. Point commun aux deux : ils ne refusent aucunement d’être rémunérés 2.000€ par mois pour cet emploi ayant tout du fictif !
Mais Madame « 2/10è » a fait encore mieux avec l’élection du Bureau de la Communauté d’Agglomération. Ayant eu la « révélation » qu’on l’attendait comme le Messie, elle avait unilatéralement décidé qu’elle devait, question de « standing », en être la Présidente. Mais, patatras, l’intime conviction n’a pas fait long feu dans l’isoloir et la claque fut monumentale. Plutôt que de faire bon cœur contre mauvaise fortune, toujours aussi unilatéralement, elle décida pompeusement « d’entrer en opposition » (un comble dans une structure majoritairement à droite !) ! Résultat : aucune vice-présidence n’est exercée par Bussy. Autant dire que ce n’est pas demain la veille que la Ville sera prioritaire dans les chantiers pilotés par Marne et Gondoire.
Enfin, dimanche dernier, cerise sur le gâteau, deux grande premières à la lecture des résultats : une abstention record (le haut du podium seine et marnais !) et une liste de droite républicaine ne franchissant pas la ligne des 50% (elle en est loin) là, où avant l’arrivée de cette fine équipe, le rapport droite gauche était constamment de 60/40%.
Tout ceci s’ajoutant à l’inertie dans la gestion du quotidien, la ville n’ayant jamais été aussi sale, ni aussi inanimée. Un Buxangeorgien nous a confié  » La ville ressemble à un vieux décor de film. Un jour lointain, on a dû y tourner une superproduction et depuis le décor vieillit et se dégrade à vitesse grand V » !
Bussy ne méritait vraiment pas cela !

Turquie et Emirats : le bal des faux culs !

Erdogan StalineQuelle honte pour l’Europe d’avoir accepté de s’aplatir devant la Turquie pour qu’elle condescende à garder sur son sol 2.000.000 de réfugiés syriens. Une honte pour tous les contribuables européens qui voient ainsi 3 milliards d’€ passer dans les poches d’un pays peu réputé pour sa transparence et le respect de sa parole. Une honte aussi pour la raison car si, aujourd’hui, il y a tant de réfugiés (parmi lesquels on ne sait combien d’apprentis terroristes), la Turquie d’Erdogan y est pour beaucoup. Ce pays n’est membre de l’Otan qu’en apparence ! Comment expliquer autrement sa mansuétude extrême à l’égard de Daesh en lui servant de base arrière, en contribuant à son financement par l’achat de son pétrole ou de son coton, en étant un État passoire pour tous les apprentis djihadistes allant ou venant de Syrie pour commettre des attentats sur le sol européen, en assassinant par centaines des kurdes, les seuls à se battre frontalement contre les terroristes, en finançant (avec le Qatar du PSG faut-il le préciser !!) la poche que l’État islamique a implantée à Tripoli en Lybie.
Si on savait déjà qu’Erdogan voulait une Turquie sous la loi islamique et la charria, et que le mot « démocratie » n’était pour lui, qu’un élément de langage « marketing », il est de plus en plus évident que rien ne lui plait autant que de jouer les despotes et se transformer en Staline (au petit pied) de Cappadoce, emprisonnant ou muselant son opposition.
La destruction d’un avion russe (suivie de l’assassinat de son pilote) par cette Turquie constitue une preuve supplémentaire de son double jeu. Ce soit disant « viol de l’espace aérien » est, en fait, une agression caractérisée dont les seuls vrais bénéficiaires sont les terroristes. Face à tant de duplicité, Poutine met en place, à minima et à juste raison, des sanctions économiques. L’Europe ferait bien d’en faire autant ! A commencer par cesser d’imaginer que cette Turquie puisse, un jour, faire partie de l’Europe et arrêter de lui verser chaque année des millions d’€ pour soit disant l’aider à se mettre en conformité avec les critères européens. De l’argent sans aucune contrepartie à ce jour ! Alors, plutôt que de verser tous ces fonds dans ce qui n’est qu’un tonneau des Danaïdes, consacrons les à sécuriser au maximum les frontières de l’Europe avec cet État et accroissons de façon substantielle les conditions d’immigration de ses ressortissants.
Sur un autre plan, de qui se moque en affirmant que Qatar, Koweït, Arabie Saoudite et autres émirats ne financent pas Daesh ! Si c’est déjà de notoriété publique en Lybie (voir plus haut) c’est aussi un fait pour la Syrie. Bien entendu, tous ces roitelets savent, en la circonstance, se montrer prudents et discrets, laissant, en toute impunité, des proches fortunés, faire leurs sinistres magouilles.
Au final, Turquie et Émirats, deux facettes d’une même évidence : des apparences, la fausse action pour l’un, la vitrine du PSG et consorts pour les autres mais dans les deux cas, une conclusion identique : il s’agit d’États qui, par paresse, duplicité ou volonté, ont, pour partie, armés les assassins du 13 novembre.

On a les élus que l’on mérite !

O-n a coutume de dire que l’on a les Élus que l’on mérite ! Les attentats récents en ont été une fois de plus la preuve. Passons sur la posture de Hollande, le seul panache blanc qui nous a été proposé et qui nous a inventé le « chef de guerre bouleversé et émotif qui tapote sur la table », pour nous arrêter sur la gestion du temps de parole de nos éminents gouvernants. C’est à qui entre le Président, le Premier Ministre, le Ministre des Armées ou le Ministre de l’intérieur prendra le premier la parole. Sur tout et son contraire mais le plus souvent pour n’être que le perroquet des propos tenus par le procureur en charge de l’affaire. De toutes ces interventions dont le but non avoué n’est que de maintenir une pression de notoriété destiné à potentiellement éviter une raclée aux prochaines régionales, il en est une, due à Manolito, notre chef de gouvernement velléitaire et colérique, qui a franchi la ligne jaune du n’importe quoi en rendant crédible et imminente, sans en apporter une once de preuve, une menace d’attentat à l’arme chimique. Le PS a eu beau, après cette sortie incongrue, monter au créneau pour la désamorcer, le mal était fait. Et bien fait ! Car si aujourd’hui, nombre de français évitent les transports en commun, les restaurants ou les cinémas (et à Diablogue, nous avons été nombreux à en constater la réalité à Paris ou en province), voire les centres commerciaux (c’est le moment de faire ses courses à La Vallée Village !), c’est essentiellement à cause de cette affirmation aussi paranoïaque qu’irresponsable. Résultat : il faudra désormais intégrer dans tous programmes de projection économique un nouvel indice négatif de correction : le Valls !
Malgré cela, les deniers sondages (Journal du Dimanche) voient la côte de l’exécutif remonter. Hé oui, on a les élus que l’on mérite !

Cadeau à Cypelitto !

Depuis sa cuisante défaite aux municipales de Bussy Saint Georges en septembre dernier, on avait perdu la trace du Député, l’autoproclamé « rassembleur ». Des apparitions devenues sporadiques et silencieuses sur le terrain. Plus de clairon pour annoncer sur les réseaux sociaux sa présence à telle ou telle émission de TV ou de radio. Et puis, soudain, le revoilà, tout sourire, surfant sur l’actualité pour s’approprier, sans s’en donner l’air, l’idée d’un journaliste.
Heureusement, la fin de son interview nous laisse entrevoir un autre personnage, plus volontaire, plus déterminé ! Est-ce l’expression d’une re-naissance ? Allez croyons-y ! Et offrons-lui sa prochaine affiche de campagne électorale. C’est cadeau de Diablogue !

Cypelitto La Mission

Résultats et vérités ! 

Brunel 2Les urnes ont parlé à Bussy. Et le résultat est sans appel ! La sortante a été réélue dès le premier tour. Mais par delà ce score il faut aussi tirer quelques enseignements.

À commencer par la représentativité de Brunel qui, au bout de 14 mois d’exercice, ne représente qu’à peine plus de 20% des électeurs (soit près de 3% de moins qu’en 2014 ! Le triomphalisme affichée par la gagnante dès les résultats connus, s’il est compréhensible, est aussi pour le moins abusif !).

Le second enseignement est que le temps n’est pas encore venu pour qu’une élection locale se gagne en utilisant prioritairement Internet. Une évidence à laquelle les listes Rondeau/Pisi et Cypel sont durement confrontées aujourd’hui.

Le troisième enseignement est la chute vertigineuse de popularité de l’ancien maire Hugues Rondeau qui, quoiqu’on en dise maintenant, n’avait pas démérité durant ses mandats mais qui a eu le tort de traiter par le silence toutes les attaques de ses adversaires d’alors. Or la répétition de ces rumeurs ou sous-entendus, sans que l’intéressé ne juge bon d’y mettre un terme ont fini par créer une apparence de vérité qu’il devenait de plus en plus dure de juguler.

Le quatrième enseignement est ce qu’il est convenu d’appeler le syndrome « Balkany », à savoir l’attrait quelque peu morbide que peut exercer sur une certaine frange de l’électorat, celles où ceux qui sont passés devant la Justice et ont été condamnés ! Un peu comme s’il y avait là un brevet de compétence et non l’expression d’une absence d’exemplarité.

Reste maintenant à la nouvelle opposition à tenir compte de tout cela et, tout en jouant son rôle de vigie et d’alerte, de favoriser l’émergence de nouvelles personnalités. C’est à cette condition que Bussy retrouvera une sérénité hors des guerres d’ego qui ont eu pour conséquence d’assurer l’élection de la seule personne dont aucun ne voulait !